Partir à la rencontre de soi

L’écriture est accessible à tout un chacun. Elle a de multiples facettes = poétique, acérée, plume de cœur, …  L’écriture revêt différents costumes et nous permet d’exprimer nos émotions, de partager nos connaissances, de libérer notre esprit des pensées toxiques et croyances erronées. La feuille blanche est une alliée précieuse : nous pouvons tout lui confier : nos plus intimes sentiments, nos colères les plus noires, notre amour infini pour une personne, le fruit de notre imagination à travers des personnages fictifs qui peuvent tout réaliser. Nous pouvons  fuir la réalité du quotidien si elle ne nous convient pas et nous projeter dans un monde plus clément. Tout est possible et cela ne nuit aucunement à autrui. L’écriture est un excellent moyen de se libérer, d’extérioriser tout ce qui nous dérange.

Entendre notre enfant intérieur

Écrire, c’est donner un peu de nous-même, au fil des mots. Écrire, c’est se révéler à soi, faire un pas vers notre âme. Écrire, c’est s’autoriser à écouter vraiment les besoins de notre être, au plus profond de nous. Pour y parvenir, il est important de se centrer sur soi-même, d’être en parfaite écoute de son corps (sensations, pensées, idées, douleurs, chaleur, fraicheur, picotements, respiration, …). Notre enfant intérieur s’exprime à travers notre corps. L’observer, au calme bien sûr, permet d’entendre le murmure de notre âme et d’en comprendre ses messages.

L’écriture libératrice

L’écriture nécessite de nous reconnecter avec nous-même, ici et maintenant. Que ce soit agréable ou désagréable, notre enfant intérieur a toujours quelque-chose à nous révéler. A travers notre corps, il s’exprime, nous transmet des émotions que nous croyons ensevelies à jamais. Ensevelies… peut-être… acceptées et libérées, pas vraiment, non. Nous avons tous et toutes, au plus profond de nous, des ressources insoupçonnées, qui nous aident à surmonter les obstacles.

Se « poser » pour écouter son être intérieur favorise les prises de conscience.

Écrire un journal intime, nous aide à comprendre pourquoi nous vivons souvent les mêmes situations, rencontrons le même style de personnes, subissons les mêmes expériences. Relire ses écrits quelques temps plus tard facilite la compréhension. Les mots et les maux s’évaporent avec le stylo, sans retenue, laissant libre accès à un nouveau souffle.

Osons écouter notre cœur, c’est notre être intérieur qui s’exprime à travers lui. Il sait parfaitement ce dont nous avons besoin, ce que nous voulons réellement, ce qui est bon pour nous, pour notre équilibre, pour avancer sur notre chemin de vie, pour notre bien-être quotidien.

Osons écrire nos ressentis, nos amertumes, nos pensées toxiques pour mieux nous en libérer !

L’écriture libératrice nous accompagne pour revivre les éléments du passé dans un fugace présent, pour favoriser un envol vers un futur prometteur.

Un tremplin vers le lâcher-prise

L’écriture libératrice nous oblige à nous (re)centrer sur nous, écouter le silence, nous alléger des lourdeurs inutiles, évacuer les émotions trop envahissantes qui freinent notre évolution. Depuis toujours, les autres (parents, famille, éducateurs, employeurs, supérieurs hiérarchiques…) nous imposent leur façon d’agir, de penser, de croire.  Notre monde actuel est formaté, avec pour priorité l’argent, la productivité, le rendement, …. au détriment de l’humain. Est-il important de le supporter plus longtemps ? N’est-il pas temps, maintenant, d’aller à la rencontre de ce petit garçon ou cette petite fille, notre enfant intérieur, et d’écouter ce qu’il/elle veut vraiment ?

Se déconnecter des médias, qui manipulent notre inconscient à travers les informations, les publicités et autres émissions « abêtissantes » de téléréalité est sans aucun doute bénéfique à notre santé mentale. Nous avons la chance de vivre une époque dans laquelle de plus en plus de personnes s’éveillent. Osons nous repositionner et écouter nos vrais besoins. Nous pouvons utiliser l’écriture comme une alliée pour nous aider à optimiser notre bien-être quotidien.

Utiliser l’écriture ne signifie aucunement être un Prix Nobel de littérature. Arrêtons de mentaliser l’écriture, de vouloir obtenir un résultat. Autorisons-nous à respirer librement, à laisser libre court aux émotions qui nous traversent. Acceptons-les pour mieux les laisser partir. La feuille blanche est utile pour y parvenir. L’écriture libératrice est une alternative à la portée de tous, que l’on peut faire seul(e) face à soi-même.

Parfois, un regard extérieur, un accompagnement peut-être utile pour décoder les messages que l’on ne comprend pas lorsqu’on a la « tête dans le guidon ». Il peut alors être intéressant de se faire aider, de réaliser des séances individuelles « Mots pour Maux » ou d’assister à des « Ateliers d’écriture libératrice« . Ils apportent une nouvelle dimension au « travail sur soi. » Les échanges sont très riches pour les participants. Des « effets miroirs » mettent en lumière les parts d’ombres que nous refusons de voir…..

Pour toute information supplémentaire : 06 08 06 71 09 ou marie-pierre@mouneyres.net