L’écriture libératrice, également appelée « journal-thérapie », est une méthode simple et efficace de libération émotionnelle. A travers un journal intime que l’on tient régulièrement, un livre, des poèmes, des histoires inventées, l’écriture permet vraiment de se retirer dans sa bulle, fuir les problèmes et évacuer les tensions. Elle facilite la prise de recul dans des situations compliquées.

Elle aide se recentrer à l’intérieur de soi, à mieux se connaitre, à trouver les solutions adaptées aux embûches du moment.

Qu’est-ce que l’écriture libératrice ?

L’écriture libératrice est un moyen de confier à la feuille blanche (ou à son cahier, bien mieux), tout ce qui nous chagrine dans notre quotidien, en insistant bien sur ses émotions, sur ce que nous ressentons.

L’important est le ressenti = « quand je vis telle ou telle chose, un conflit avec une personne, une situation financière compliquée, des situations désagréables dans le travail, le rejet d’une personne, la fuite devant la difficulté, la peur de ne pas arriver à bout de la montagne de choses à faire… ».

Dans ces cas-là, il est intéressant de confier ses émotions, les maux de son corps à la feuille, en les détaillant le plus possible (pour mieux s’en libérer).

Autre point intéressant : écrire avec un stylo augmente le nombre de connexions neuronales, favorisant le bon fonctionnement du cerveau.

Sous quelle forme ?

L’écriture libératrice peut prendre plusieurs formes, que personnellement je réalise encore  :

  • le journal intime (je le tenais avec beaucoup de rigueur, enfant et adolescente),
  • les lettres non envoyées (j’en ai écrit des pages et des pages…. pour libérer ma colère envers ma grand-mère, mais pas que),
  • l’écriture méditative (laisser aller son stylo au gré de ses pensées, en regardant l’océan, au calme dans la forêt ou en pleine nature),
  • le dialogue (imaginer des histoires qui incluent un dialogue entre deux personnes. L’une d’entre elle nous représente, l’autre a quelque chose à régler avec nous. Remarquez ce qui ressort de ce dialogue...),
  • les poèmes (quoi de plus beau qu’exprimer ses ressentis (agréables ou désagréables) sous forme poétique),
  • la publication d’un livre (je l’ai fait il y a deux ans, avec « Enfin Libérée« ).

Quel est l’intérêt thérapeutique ?

L’écriture libératrice, comme son nom l’indique, sert à se libérer l’esprit. En écrivant, nous faisons face à nos propres difficultés, nous nous débarrassons de peurs, croyances (mises en lumière par les écrits). Elle permet de :

  • Calmer le stress,
  • Réduire la timidité (on ose s’exprimer),
  • Augmenter la confiance en soi,
  • Éloigner les blocages et la souffrance psychologique (voire physique).

Bien entendu, elle ne remplace en aucun un avis médical ni son traitement. Son objectif est de faire ressortir des peurs, croyances et autres freins qui ralentissent notre évolution. L’écriture nous propulse face à nous-même, nous oblige à écouter notre corps, notre cœur, notre âme. Reformuler les événements vécus (subis principalement) permet d’en minimiser l’importance, de relativiser et trouver les solutions.

L’écriture libératrice est un temps que l’on s’octroie pour aller à la rencontre de son enfant intérieur, l’écouter, calmer ses peurs et ses angoisses. Elle permet de faire une parenthèse dans le quotidien et mettre en lumière ses valeurs (pour favoriser la confiance en soi).

L’écriture libératrice est pratiquée de plusieurs façons :

Je vous accompagne :
* En individuel (à Tyrosse ou par Skype)
*En ateliers d’écriture chaque jeudi à Tyrosse à 18h30.
Infos : 06 08 06 71 09