Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager une réflexion, ma réflexion du moment, simplement. Voilà, sans rentrer dans les détails, nous traversons à nouveau une période délicate financièrement, l’histoire se répète une fois de plus. Bien sur, dans ces moments-là, le moral n’est pas au beau fixe et il est aisé de se laisser absorber par les pensées les plus dramatiques, avec une tendance à se dévaloriser, se culpabiliser en se disant « c’est de ma faute, je ne gagne pas assez bien ma vie, on a trop de charges…..« . L’ego s’emballe, appuie très fort sur le bouton rouge pour visualiser les scénarios les plus catastrophiques.

Dans ces moments, la tentation est grande de baisser les bras, tout envoyer balader, se replier dans sa coquille.

Mais,…. est-ce la meilleure solution ? Non, bien entendu.

Et si cette situation nous ramenait à cicatriser, encore et encore, oui, une veille blessure qui repointe le bout de son nez ? Comme l’explique Lise Bourbeau dans son best-seller « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi », nous sommes, à différents moments de notre vie et ce, de façon récurrente, « victime » de ces blessures du passé qui reviennent en force à la moindre occasion. Même en faisant depuis longtemps du travail sur soi, nous avons des périodes de « ras le bol » et souhaitons tout envoyer balader. C’est normal, nous sommes des êtres humains venus sur terre pour vivre des expériences et épurer notre karma.

Et c’est là qu’il est important, voire primordial, de se poser les bonnes questions et regarder les choses autrement. Calmons notre ego et acceptons la leçon du moment 

Alors, que faire lorsque nous vivons une situation compliquée et ne voyons pas d’issue ? Je vous propose des exercices simples et efficaces. A tester et apprivoiser (ou pas) en toute conscience. Il y en a d’autres, mais j’utilise ceux-là particulièrement. Le plus compliqué est de calmer notre ego en trouvant la meilleure alternative pour nous (méditation, marche, océan, forêt, nature, danse, peinture, écriture, dessin….). Le but est de nous éloigner de la source de mal-être sans bien entendu occulter la réalité.

  • Réfléchir a un élément déclencheur (lettre de rappel, coup de fil de la banque, mot prononcé par le conjoint, décès d’une personne, ….).
  • Noter simplement, sur une feuille, les faits, de la façon la plus neutre possible. Uniquement les faits et rien d’autre.
  • Ecrire, en dessous des faits, l’interprétation que nous faisons de cet élément. Que se passe-t-il au fond de moi ? Quelles sont les réactions de mon corps (gorge qui se noue, difficultés à respirer, poids dans l’estomac….) ? Quelles émotions montent à l’intérieur de moi (colère, tristesse, frustration….) ? 
  • Repérer les mots ou phrases qui ramènent à une blessure non cicatrisée et utiliser l’antidote pour l’apaiser. Quelques pistes :
    1. La blessure de rejet adopte une attitude de fuite (j’ai été rejeté enfant, je fuis donc avant que l’autre me rejette). L’antidote est d’identifier cette blessure et d’affronter cette peur d’être à nouveau rejeté.
    2. La blessure d’injustice est directement liée à la blessure de rejet. C’est injuste pour un enfant d’être rejeté par ses parents. A l’activation de la blessure, nous mettons systématiquement le masque du rigide pour nous protéger. L’antidote est alors de travailler une meilleure flexibilité envers les gens ou les choses que nous ne pouvons pas changer.
    3. La blessure d’abandon est certainement provoquée par un réel abandon d’un parent ou d’un éducateur durant l’enfance, ou simplement un sentiment d’avoir été abandonné même si ce n’était pas vrai. Dans ce cas, nous développons une dépendance affective dans laquelle la peur inconsciente que l’autre nous abandonne nous poursuit et surgit lorsqu’un facteur déclenchant survient. L’apprentissage de l’autonomie rend cette blessure plus acceptable.
    4. La blessure de trahison va souvent avec la peur de l’abandon (mon parent m’a trahi en m’abandonnant). Lorsqu’un élément l’active, nous mettons notre masque du contrôlant pour éviter la souffrance. Si nous contrôlons, nous ne pouvons pas être trahi…. Le lâcher-prise est la meilleure antidote.
    5. La blessure d’humiliation met le masque du masochiste, l’antidote est l’estime de soi. Nous sommes tous sur terre pour vivre des expériences et chaque humain a une place et mérite le respect.

Une fois que nous avons repéré la blessure qui s’active, il est important d’éviter de continuer à ruminer et se poser quelques questions / remarques. Imaginons-nous donner des conseils à notre meilleur ami. Il est toujours plus aisé de conseiller que d’appliquer à soi-même, vous en conviendrez certainement.

Ok, ça s’est passé et cette situation me ramène à revoir cette blessure. Peut-être serait-il temps maintenant de passer outre et d’arrêter de ruminer. Je comprends que mon ego s’emballe mais je décide, ici et maintenant, de ne plus lui donner ce pouvoir de me contrôler. Je sais parfaitement que je ne peux pas changer le passé et que le futur n’existe pas. J’ai maintenant intérêt à prendre du recul sur cet événement passé, qui me ramène à mon enfance. Je suis maintenant adulte, je sais que je ne peux pas changer le passé. Autant accepter l’opportunité d’améliorer mon karma en nageant dans le sens du courant au lieu de lutter à contre-courant. Sur quoi puis-je mettre mon focus pour attirer à moi l’amélioration de cette situation ? Quel message dois-je comprendre pour ne plus revivre ces périodes récurrentes ?

Vous allez probablement me répondre : oui, c’est facile à dire, mais quand tu es dans le tourbillon, ça m’ennuie plus qu’autre chose, ces paroles toutes faites. Je comprends, je réagis ainsi également. Mais plus je m’entraîne, plus vite ça se calme et plus vite la solution arrive. Comme le sport, il s’agit d’un entrainement. Certaines fois ce sera facile, d’autres fois moins, mais avec la persévérance, on parvient malgré tout à apaiser les choses. Nous sommes seuls responsables de notre futur, acceptons cette réalité.

 

Après quelques semaines de recherches, de formations et de lectures, j’ai mis en place un atelier « Arbre de Vie » qui s’adresse à ceux qui désirent améliorer leur quotidien et regarder leurs forces plutôt que leurs blessures.

 

 

Retrouvez toutes mes prestations individuelles et ateliers d’écriture libératrice sur le site mouneyres.net (rubrique « prestations« ) ainsi que mes livres
Enfin Libérée, Se libérer du passé oui mais comment ? L’héritage de Julie